avril 2010



On estime à 23% la progression des ventes sur internet pour l’année 2010, selon les prévisions d’une étude, publiée en Avril. Cette augmentation n’est évidemment pas comparable avec ceux de 2002 qui affichait des ventes en hausse de 64,3% t de 60,9% en 2003. Les chiffres des ventes en ligne de biens et services de 2010 devraient se rapprocher du résultat de 2008 (+25%), et afficher une hausse de 23%, après une augmentation d’activité en 2009 (+26%). Cependant, cette croissance devrait marquer le pas en 2011 (+18%). En 2010, le chiffre d’affaires du e-commerce atteindra 36,6 milliards d’euros contre 25,2 milliards d’euros en 2009.
Cependant, il y’a toujours de grands enseignes telles que H&M, Zara, BricoDépôt, Bricomarché ou Jardiland qui ne sont pas présents sur la toile.
Une etude du groupe benchmark montre que le e-commerce profitera en revanche d’un meilleur contexte global sur 2 marchés phares : le tourisme et la high-tech ». Le secteur du tourisme pèse à lui seul 45,1% dans l’e-commerce, devant les rayons virtuels high-tech et électroménager (20,8%). En France, les dépenses en ligne des internautes ont cru de 35 % au premier trimestre 2010 par rapport à la même période l’année précédente,

Publicités

La plus part des annonceurs pensaient que pour envoyer une campagne il fallait juste appuyer sur un bouton…….

Le e-mailing c’est plus que ça, voici 4 conseils pour le e-mailing

Nettoyer sa base pour envoyer moins mais mieux

S’occuper de l’hygiène d’une base de données est une tâche à prendre au serieux, alors que nombreux sont les professionnels qui ne s’en préoccupent pas. Selon une étude, seulement 45 % des e-marketeurs affirment que la qualité de leur base de données est importante pour leurs campagnes d’e-mail marketing. Pour certains , on peut avoir jusqu’a 50%  d’adresses non actives sur leurs bases.

Il faut souvent penser à exclure les NPAI, les mails douteux, enlever les doublons….. »Un nettoyage régulier de sa base permet d’éviter d’être « black listé, mais également de réduire les coûts d’envoi de ses campagnes ». Cette économie n’est certes pas énorme  à l’échelle d’un budget marketing, mais contribue à améliorer les performances générales de sa base.Il vaut mieux avoir une petite base de donnée avec des mails actifs, qu’une base de donnée conséquente avec des NPAI.

Adapter ses envoies à ses destinataires

Le ciblage des destinataires doit être définit et précis, rendu possible par une segmentation efficace de la base d’un annonceur. Il faut connaitre le besoin, mes aussi les connaitre en tant clients. L’annonceur qui souhaite cibler ses e-mails doit donc disposer de données déclaratives (nom, sexe, âge, etc.), mais également comportementales (centres d’intérêts, comportements d’achat ou de visite sur le site, etc.). Cette segmentation va permettre non seulement de personnaliser le contenu des e-mailings envoyés, mais également d’initier des démarches de cross-selling, up-selling et de re-marketing (travail d’abandon de paniers) par e-mail. Ces campagnes automatisées ne coûtent pas chers en plus permettent d’augmenter ses ventes.

Il faut aussi prendre en compte la montée en puissance du téléphonie mobile pour consulter ses mails, les annonceurs doivent donc commencer à intégrer les contraintes de ces terminaux (taille de l’écran, variété des modèles, capacité de transfert des données, etc.) dans la conception de leurs campagnes.

Veiller à sa E-RÉPUTATION

La e-réputation de l’annonceur auprès de ses destinataires est important. La méthode de recrutement des contacts également et l’envoie d’une campagne a toujours une influence sur l’image de l’expéditeur. Un internaute qui s’inscrit volontairement à la newsletter d’un annonceur lui accordera plus de confiance que s’il s’inscrit de manière plus « opportuniste », lors d’un jeu-concours par exemple. Dans ce deuxième cas, l’internaute risque davantage de considérer les messages de l’annonceur comme n’étant pas désirés, voire comme du spam, s’il a oublié s’être lui-même inscrit.

Faire le bon choix du moment de l’envoi

De manière générale, on aura plus tendance à ouvrir derniers mails, c’est à dire ceux qui arrivent au début de notre boite de réception donc les derniers mails. Personnellement, quand j’ai effectué mon stage , je faisais mes envois de mailing à partir de 17h30 pour être sûre de me retrouver sur les derniers mails reçu…..Mais bon tout est relatif…


Il s’agit d’une nouvelle profession très attractive. Cette profession regroupe plusieurs compétences distinctes telles que le web et le marketing.

Le Webmarketer va avant tout mettre en place et adapter une stratégie de communication internet cohérente. Cette stratégie a pour but de répondre aux besoins de l’ entreprise. Il va ensuite gérer les programmes de promotion du site, de partenariats, de communication.

L’objectif est de générer et d’accroître le nombre de visiteurs sur le site, donc d’accroître son audience et éventuellement les ventes subséquentes. Il a également  pour mission la mise en place de cette stratégie, ceci passant généralement par le développement d’un produit web.

Son rôle:

Négocier les contrats ;
• Acheter des espaces pour promouvoir le site auprès des différents médias;
• Participer à l’animation du site avec le Webmaster ;
• Référencer le site auprès des moteurs de recherche et annuaires ;
• Analyser les résultats afin de veiller à la rentabilité des accords mis en place ;
• Faire une veille afin d’identifier tous les partenaires potentiels.

Savoir faire généraux:

Connaissance des méthodes traditionnelles de marketing.
Gestion de projet.
Aptitudes comportementales.
Capacité d’innovation, créativité.
Force de proposition, pugnacité.
Goût du travail en équipe et sens du dialogue.
Réactivité.
Curiosité.

Compétences:

Savoir-faire technologiques.
Internet.
Outils d’analyse de trafic.
Outils d’évaluation et de qualification d’audience.
Méthodes de personnalisation de l’offre.
Notions avancées de gestion de la relation client (CRM) et de business intelligence.

Ainsi, ce métier se rapproche d’autres métiers tel que : Responsable marketing online, chef de projet, Consultant SEM ou Chargé de marketing interactif (lorsqu’il s’agit de fonctions généralistes) Responsable e-business, Consultant CRM, Responsable web et acquisitions, Consultant SEO (lorsque les fonctions sont spécialisées).